144-img-9003f7f1607264a231454016b7f99757.jpg
144-img-5726a8330c80b49ffe15dc258e48c3ed.jpg
144-img-74d1783f8f98ecbf31bbe1232bb74267.jpg
144-img-ba6d00b94170392b6c213d3f6d9689b1.jpg
144-img-50725fc82de492944fbb5a8bf7fd9719.jpg
144-img-7cfae9788013c8ae18c9a5ab8cc197f9.jpg
  • 144-img-9003f7f1607264a231454016b7f99757.jpg
  • 144-img-5726a8330c80b49ffe15dc258e48c3ed.jpg
  • 144-img-74d1783f8f98ecbf31bbe1232bb74267.jpg
  • 144-img-ba6d00b94170392b6c213d3f6d9689b1.jpg
  • 144-img-50725fc82de492944fbb5a8bf7fd9719.jpg
  • 144-img-7cfae9788013c8ae18c9a5ab8cc197f9.jpg
 

3000 000 français de plus de 60 ans sont en situation de mort sociale !

 
L’étude les petits frères des Pauvres-CSA « SOLITUDE ET ISOLEMENT QUAND ON A PLUS DE 60 ANS EN FRANCE, EN 2017 »1 met en lumière un chiffre alarmant, jamais mesuré jusqu’à ce jour : 300 000 personnes de plus de 60 ans - ce qui représente l’équivalent de la population d’une ville comme Nantes - ne rencontrent quasiment jamais ou très rarement d’autres personnes, tout réseau confondu (familial, amical, voisinage, réseau associatif). Par exemple, plus d’une personne de plus de 60 ans sur trois ne sort pas de chez elle tous les jours. Cette situation, véritable mort sociale, s’aggrave avec l’âge et touche plus fortement les plus de 85 ans. 
L’étude permet également de dresser un « portrait-type » des plus isolés. Ce sont généralement des femmes, de plus de 75 ans, aux revenus modestes, un profil qui correspond en grande partie aux personnes accompagnées par les petits frères des Pauvres. Très souvent, l’Association constitue pour ces personnes le dernier rempart contre la solitude.

 

 

Enquête réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 1804 personnes âgées de 60 ans et plus constitué selon la méthode de quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle de l’individu, région et catégorie d’agglomération.

 






Toutes entreprises confondues
  • 23
    micro-donateurs
  • 12208.79€
    collectés
Appel aux dons en cours

Fait majeur de ces dernières années, nous constatons une augmentation de la précarité chez les personnes âgées, corrélée à un très grand isolement. Pouvons-nous accepter le retour de ces « vieux pauvres » ? Face à ce fléau émerge, fort heureusement, une nouvelle forme de solidarité. Celle de philanthropes désireux, comme vous peut-être, de partager un peu de ce qu’ils ont reçu avec ceux qui n’ont presque rien.

Alain Villez, Président de l'association les petits frères des Pauvres

Petits Frères des Pauvres

Depuis 1946, l'association les petits frères des Pauvres accompagne dans une relation fraternelle, des personnes de plus de 50 ans souffrant de solitude, de pauvreté, d’exclusion, de maladies graves.