1185-img-fc4f0a5ae96cc59c99cd0ead63a55954.png
1185-img-be4197546f6ac8899e8cf409e5f01b35.jpg
1185-img-dac263105e33bdb48f2bdfbf93f07e27.jpg
1185-img-7c96df6eee17b81a3a9b99bbb3dc09cf.jpg
1185-img-896697febc9e9b4017e1e6188a2eb555.png
  • 1185-img-fc4f0a5ae96cc59c99cd0ead63a55954.png
  • 1185-img-be4197546f6ac8899e8cf409e5f01b35.jpg
  • 1185-img-dac263105e33bdb48f2bdfbf93f07e27.jpg
  • 1185-img-7c96df6eee17b81a3a9b99bbb3dc09cf.jpg
  • 1185-img-896697febc9e9b4017e1e6188a2eb555.png
 

Au Sénégal, la loi du 3 décembre 2004 stipule l’obligation scolaire pour tous les enfants âgés de 7 à 16 ans.

Dans ce cadre, le gouvernement s’est engagé à assurer, d’ici 2025, une éducation de base pour tous et partout, afin que chacun puisse se réaliser pleinement et apporter sa contribution à la société. 

L’amélioration de la carte scolaire par la construction de nouveaux établissements dans des coins reculés du Sénégal a permis un changement notable dans l’accès à la scolarisation, mais cela reste encore insuffisant dans certaines régions, notamment celle de Diourbel. On trouve dans presque chaque village une école élémentaire, mais il n’en est pas de même pour les écoles secondaires, installées pour la plupart dans les chefs-lieux des communes. 

Dans la zone d’intervention (départements de Diourbel et Bambey au Sénégal), on constate que les enfants font entre 3 et 13km pour aller à l’école secondaire. Ceci est une des principales causes de déscolarisation (taux brut de scolarisation égal à 29.7%, soit le plus faible du pays, contre 80% au niveau national).

 






Appel aux dons en cours

« L'enfant est au coeur de nos actions, afin qu'il puisse accéder à ses droits fondamentaux et construire son avenir.» 

 

Jean Pierre Barranger, 

Président de Un Enfant par la Main

 

Un Enfant Par la Main

Association de solidarité internationale dont la mission est de permettre à un maximum d'enfants démunis de devenir des adultes autonomes et responsables